Portrait d’Amélie Tisseur

Pour expliquer ce qui m’a conduit jusqu’aux montagnes du Chiapas je dois commencer avant tout par vous dire que ce que j’allais y chercher avant toute pierre précieuse que ce soit, était: l’amour.

La première fois que je me suis rendue sur place, j’ai été surprise de découvrir une jungle tropicale en plein cœur du sud du Mexique.
Aussi, j’ai été impressionnée par tant de hautes montagnes, de végétation, mais aussi par l’imposant canyon qui domine la ville capitale de l’état du Chiapas.

Végétation tropicale, où l’on trouve entre autres, des singes, des oiseaux rares et même dit-on, des panthères noires !

On a l’impression de voyager dans le temps,  jusqu’à ce qu’on appercoive les enseignes de coca-cola un peu partout 🙁

Le climat y est très changeant selon la zone.
On passe, selon la zone et en quelques kilomètres, de 5°C avec un temps pluvieux à 30°C, à brûler au soleil.

Chiapas est une des régions les plus pauvres et denses et du pays mais les richesses naturelles y sont très nombreuses.
L’opposition des populations locales au gouvernement mexicain a créé des conflits. Certains habitants, descendants directs des mayas, se disent Tseltal, Tzotzil, Ch’ol, Tojol-ab’al  etc…
Ils font généralement parti du mouvement Zapatiste qui souhaite obtenir l’autonomie de ces populations.
Ils ont une culture et des langues qui leur sont propres. Très souvent, ils revendiquent leur mécontentement en ne laissant personne passer jusqu’à leurs terres.

J’éprouve une attention particulière à l’état du Chiapas pour y avoir vécu quelques temps. J’ai respiré l’air local, mangé le traditionel pozole de cacao, me suis très bien adaptée à la ville et à ses habitants et finalement j’y ai trouvé un charme très attachant.
Je me suis faite beaucoup d’amis et j’ai vécu avec passion chaque moment passé sur place.

Ambres du Mexique Amélie Tisseur
Ambres mexicaines Amélie Tisseur
Ambres mexicaines Amélie Tisseur
Ambres du Mexique Amélie Tisseur
Portrait d'Amélie Tisseur chasseusse d'ambres mexicaines

Des pierres millénaires

C’est ainsi que j’ai été conduite petit à petit à accéder à la source.
J’ai eu la chance d’avoir pu passer du temps à la sélection de chacune des pierres qui vous seront présentées, tout est ici, rare et unique.
J’ai beaucoup appris en 3 ans, sur ce qui est beau et biologiquement intéressant, aux côtés notamment de ceux qui extraient avec courage et honneur ce précieux minéral depuis là où il se trouve, environ 300m sous terre dans cette zone sismique !

J’imagine des histoires d’après ce que me raconte cet incroyable fossile d’il y a environ 25 millions d’années, tellement de surprises et d’énergies y sont prises à l’intérieur et ce pour toujours. Encore aujourdhui il m’arrive de passer plusieurs heures à contempler de près une des perles, d’un de ces colliers de pieres rondes que je possède et qui a, à un moment donné capturé le moment présent.

La couleur de l’ambre mexicaine se distingue clairement de celui des ambres d’autres pays car on lui attribue jusqu’à 3 couleurs: rouge, jaune et vert.
Selon ce qui se dit dans le village, l’ambre rouge est plus précieux car on le trouve que dans les 3 premiers mètres à l’ouverture d’une mine. Il proviendrait de sève de cerisier ou autre arbre à fruits rouges.
Le plus commun, jaune orangé,  nous permet d’y voir au travers, ce qui, porté sur un bijou, donne un très bon rendu pour n’importe quelle teinte de peau.
L’ambre vert, est lui toujours plus rare, et nous n’avons pas vraiment d’informations à ce sujet.

L’ambre résine, contient souvent toutes formes d’inscusions qui rend chacune des pierres unique.
Du « musgo » comprenez de la mousse, apparaît sur un bon nombre de pierres mais l’ambre fossilise aussi parfois des feuilles, fleurs, ou autres insectes, qu’on peut admirer par la suite à l’intérieur.
Ainsi, pour les romains, il était synonyme de jeunesse éternelle.
Aussi, on retrouve une autre forme, « lechosa » ambre laiteux tout aussi magnifique.

Petit plus de Wikipedia :
Une idée reçue voudrait que l’ambre soit issue de la résine de Gymnospermes (conifères), et que le copal soit issu de celle d’Angiospermes(légumineuses et plantes à fleurs). C’est faux: l’ambre du Chiapas, au Mexique (indubitablement considéré comme de l’ambre par l’ensemble de la communauté scientifique), s’est formée dans un environnement de type mangrove. La production de cette résine fossile (Miocèneinférieur et moyen) est attribuée à l’espèce éteinte Hymenaea mexicana, espèce d’Angiospermes de la famille des Fabaceae.
https://fr.wikipedia.org/wiki/Copal

L’ambre est considéré comme une pierre fine, une gemme d’origine organique au même titre que la nacre, le jais, les perles, le corail ou l’ivoire.

En plus de porter chance bonheur et sagesse, confiance en soi et courage, les effets en lithothérapie sur le plan physique sont nombreux, l’ambre aiderait au système digestif, immunitaire, protégerait les articulations et les voies respiratoires…

Aujourd’hui, pour vous les créateurs, pour vous les collectioneurs, pour vous qui savez ce qui est beau, précieux et rare, c’est avec plaisir que je vous propose de découvrir, grâce à l’aide de mon collaborateur Hervé Roy qui a eu la sympathie de bien vouloir exposer sur son site, une partie de ma collection.

Amélie Tisseur.

 

[]